Les procédures pour bien procéder à l’inhumation

"Car tu es poussière et tu retourneras poussière". L’inhumation concrétise ces paroles issues de la Bible. C’est la cérémonie de mise en terre d’un défunt. En plus d’être un acte traditionnel, l’inhumation est un acte administratif qui doit se faire selon des démarches précises.

Un acte traditionnel

Depuis la nuit des temps, la mort a toujours eu un côté mystique pour les hommes. L’inhumation est la cérémonie la plus répandue pour des funérailles dans le monde car elle est pratiquée dans presque toutes les religions. Elle consiste à mettre en terre le défunt selon des rites qui diffèrent selon les coutumes. C’est un acte tout aussi symbolique qui a pour but d’honorer un défunt. Généralement, rien n’est laissé au hasard. L’inhumation est aussi une occasion pour adresser un dernier au revoir au défunt. Ainsi, l’étape la plus importante de la cérémonie est la mise en terre proprement dite. C’est un moment très intime et aussi riche en émotion.

Le côté administratif

Préparer les funérailles de quelqu’un n’est une chose aisée car il faut prendre en compte plusieurs points. Tout doit commencer avec la déclaration de décès effectuée auprès de la marie du lieu du décès. Les obsèques doivent ensuite faire l’objet d’un permis d’inhumer signé par le maire de la commune où l’inhumation sera réalisée. D’une manière générale, cela se fait dans un cimetière, rarement dans une propriété privée. L’inhumation doit se faire au plus tard 6 jours après la constatation du décès, les dimanches et les jours fériés n’étant pas comptabilisés dans le délai. Il faut aussi savoir que le cercueil est obligatoire en France. Toutefois, pour connaitre toutes les démarches légales, il préférable de s’adresser le plus rapidement possible aux services de l’état civil du lieu d’inhumation.

Les lieux d’inhumation

D’une manière générale, l’inhumation se fait dans un cimetière. Toutefois, cela peut aussi se faire sur une propriété privée mais il y a plusieurs choses à prendre compte comme la distance par rapport à une agglomération et surtout le respect des conditions sanitaires et environnementales. La Préfecture accorde très rarement ce genre d’autorisation.

Pour que l’inhumation se fasse dans un cimetière, il est nécessaire d’y posséder une concession qui est une parcelle de terrain nu que la municipalité met à la disposition d’un particulier. On distingue alors les concessions individuelles, les concessions collectives et les concessions familiales mais aussi les concessions perpétuelles et les concessions à durée déterminée renouvelables à partir de à 50 ans.

De l’aide pour remplir votre déclaration d’impôt avec Officeo