La retraite progressive dans le secteur privé

Pour faciliter le passage entre l’activité professionnelle et la retraite, cette dernière, lorsqu’elle est dite progressive, permet de collecter une partie de la pension de base. Ceci, tout en pratiquant une activité à temps partiel. Il est donc nécessaire de comprendre qui peut profiter de cette formule et comment l’obtenir.

Qui peut bénéficier de la retraite progressive ?

Pour pouvoir bénéficier de la retraite progressive, il faut répondre à certaines exigences comme :
- justifier d’une durée de couverture et de périodes reconnues égale d’au moins à 150 trimestres ;
- avoir atteint l’âge légal de départ à la retraite :
- exercer une activité à temps partiel (fixée au maximum à 80 % de la durée du travail applicable à l’entreprise). Pour ce cas, une autorisation venant de l’employeur est recommandée.

La durée d’assurance est prise en compte dans le régime général au cas où la cotisation s’est faite au sein d’une administration ou de plusieurs. Les secteurs concernés sont les professions agricoles, industrielles, artisanales, libérales et commerciales.

Cependant, il est possible de faire appel à certaines institutions qui assurent la retraite complémentaire comme Agirc ou Arrco.

La demande de retraite progressive

Le sujet doit déposer une demande auprès de la caisse concernée. Cependant, des éléments doivent être annexés à la requête :
- le contrat de travail à temps partiel en cours d’exécution, à la date d’entrée en jouissance de la pension ;
- une déclaration sur l’honneur attestant que la personne n’exerce pas d’autre activité professionnelle ;
- attestation de l’employeur faisant apparaitre la durée du travail à temps plein applicable à l’entreprise.

Après chaque période d’un an, le sujet devra prouver qu’il exerce toujours une activité à temps partiel. La justification se fait par un questionnaire de contrôle de la durée de travail, fourni par la caisse nationale d’assurance vieillesse.

Pour faire valoir vos droits à la retraite, vous pouvez procéder à un bilan de carrière, une reconstitution complète de votre carrière (calcul des points de retraite..) : postes, rémunérations, etc. Votre Assistant Privé Officéo rassemble et classe pour vous ces documents d’une importance cruciale (CRAM, CNAV) afin de préparer en toute sérénité votre retraite.

Pour en savoir plus, voir notre service d’aide à la reconstitution de carrière

Ce qu’il faut savoir sur la liquidation de la retraite progressive

Quand une personne demande à suspendre définitivement sa pension de retraite progressive, de nouveaux changements s’opèrent. Il y aura, par exemple, le remplacement du versement de la fraction de pension par celui de l’intégralité. Dans ce cas, le calcul est reconsidéré en tenant compte du montant de la pension calculé initialement, ainsi que les droits obtenus pendant la période d’activité à temps partiel.

Cependant, si le sujet a repris une activité à temps plein, le paiement de la deuxième fraction de pension est exclu. Il en sera de même s’il exerce une autre activité à mi-temps, autre que celle qui lui permet de bénéficier de la retraite progressive. La suppression de celle-ci se fait le premier jour du mois qui suit la cessation de travail.

Avant de pouvoir faire l’annulation définitive, il faut informer la caisse responsable du versement de pension de :
- la cessation d’activité ;
- l’exercice d’une autre activité à temps partiel en plus de celle ouvrant droit au bénéfice de la retraite progressive ;
- l’exercice d’une activité à temps plein.

De l’aide pour remplir votre déclaration d’impôt avec Officeo